intercommunalité

Réforme territoriale : la tribune de Pierre Bédier dans Le Monde

Retrouvez ici la tribune de Pierre Bédier dans Le Monde : Mille-feuilles territorial ou tarte à la crème ?

Élection à la présidence de la Camy : M. Martinez en cogestion avec le FN et le PS

Communiqué de presse de Pierre BEDIER, Président du Conseil général

 

Hier soir, le parti socialiste a franchi la ligne jaune en se coalisant avec le front national pour élire le président de la Camy.

Le candidat de la majorité départementale Jean-Luc Santini a obtenu 44 voix au second tour quand M. Martinez en recueillait 37. Au troisième tour, ce dernier l’emporte avec 44 voix contre 43 à Jean-Luc Santini. Il profite des 8 voix du FN de Mantes la Ville (8 voix qu’on ne retrouve à aucun des 3 tours en bulletins blancs), comme l’avait laissé entendre le Maire FN de Mantes la Ville dans la presse et de nombreuses voix PS lors du 3ème tour.

Ainsi élu avec une majorité improbable, M. Martinez, satisfait son ambition au détriment de la démocratie. Apres avoir gagné la seule ville d’Ile-de-France, le FN avec l’aide de M. Martinez et du PS s’installe à la Camy. Il en devient l’arbitre et place sous  contrôle la majorité hétéroclite de M. Martinez par la minorité de blocage qu’il constitue.

Cette situation est malheureuse pour le Mantois. L’absence d’une majorité cohérente autour d’un projet clair, rend la gouvernance de la Camy inconsistante au moment où des enjeux d’envergure impactent les agglomérations, au-delà de leur seule frontière.

Le Président du Conseil général ne peut que dénoncer ces viles manœuvres politiciennes qui trahissent honteusement le vote des électeurs exprimé clairement lors des élections municipales et surtout fragilise toute l’agglomération à l’échelle régionale.

En séance / le Préfet des Yvelines interrogé sur Paris Metropole

Alors qu’il en avait parlé il y a quelques semaine sur son blog, Yves Vandewalle a interrogé le Préfet des Yvelines, lors de la séance du Conseil général du 18 octobre sur la Métropole du Grand Paris, relayant ainsi les inquiétudes de nombre d’élus Yvelinois (et d’Ile-de-France) sur la mise en place d’un nouvel échelon administratif gigantesque et qui semble pour l’heure s’inscrire dans un processus contestable de recentralisation…

Intervention d’Yves Vandewalle

Monsieur le Préfet,

L’article 12 du projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles prévoit dès le 1er janvier 2016 la création d’une Métropole du Grand Paris. Paris et les communes des trois départements de la petite couronne sont fusionnés en une seule entité, qui regroupera 124 communes et 6 millions d’habitants.

Alors que le processus de décentralisation est depuis longtemps engagé et à l’heure où les intercommunalités se mettent en place partout sur le territoire, la méthode et l’objectif recherché par ce projet de loi interpellent. Instaurée par un amendement surprise, sans aucune concertation avec les élus locaux concernés, cette Métropole du Grand Paris ressemble plutôt à une recentralisation déguisée.

Pour ce qui est de la lisibilité de notre organisation administrative, je ne suis pas sûr que nos concitoyens s’y retrouvent. La Métropole qui se profile est en effet un nouvel échelon administratif, dont le financement reste encore obscur, alors même que ses compétences seraient aussi vastes que floues : aménagement du territoire, politique de la ville, habitat, auxquelles s’ajouteraient les compétences – variables – des intercommunalités. Les communes deviendront tributaires des dotations et des choix de la Métropole. Les maires, dépouillés de leurs prérogatives essentielles, seront contraints d’appliquer des objectifs, notamment en matière de logements, décidés par d’autres. C’est ce que le gouvernement entend par décentralisation, au mépris de la proximité et de la subsidiarité.

La création de la Métropole implique également une séparation des compétences d’aménagement du territoire : logement à la Métropole et transports au STIF, c’est-à-dire à la Région. Outre la lisibilité d’une telle organisation, je ne peux que m’interroger – et douter – de son efficacité et de sa cohérence.

Quand au périmètre choisi, il coupe la Région en deux. Au cœur du système, puissante et riche, il y aura la Métropole. Et à la périphérie, les territoires de grande couronne. Ainsi, les Yvelines vont devenir la nouvelle banlieue du Grand Paris. Dans ces circonstances, comment ne pas s’inquiéter du risque de voir émerger une région à deux vitesses, dans laquelle les communes rurales éloignées de la Métropole seraient les laissées-pour-compte des grands projets d’aménagement, de transport, de développement économique, de logement ?

J’ajouterai enfin qu’une très grande majorité d’élus d’Ile-de-France, droite et gauche confondues, a exprimé à travers un vœu (voté à 75,6%) ses interrogations et doutes concernant cette nouvelle structure.

Monsieur le Préfet :

-       Comment expliquez-vous que la voix de la majorité des élus locaux concernés soit, à ce point, méprisée pour le Gouvernement ?

-       Comment garantissez-vous la cohérence de la politique d’aménagement du territoire, alors que les compétences seront éclatées entre différents acteurs ?

-       Quelles garanties pouvez-vous donner à nos communes rurales sur la poursuite des projets essentiels à leur développement ?

-       Quelles garanties pouvez-vous donner à notre département des Yvelines, s’agissant notamment du financement et de la réalisation des infrastructures de transports du Grand Paris, je pense à la liaison Eole vers le Mantois, ou à la ligne verte Saclay-Versailles ?

En séance / les élus EPY interpellent le Préfet des Yvelines

A l’occasion de la présentation, en séance, du rapport d’activités des services de l’État dans les Yvelines, les élus EPY ont pu interpeller le préfet sur divers sujets. Emploi, réforme des rythmes scolaires, autonomie, accueil des mineurs étrangers isolés, sécurité et réorganisation des services de police, gens du voyage, politique du logement, Paris Métropole, finances départementales ou encore redécoupage cantonal : l’exercice a été l’occasion pour les élus EPY de faire part de leurs inquiétudes sur les réformes gouvernementales.

Retrouvez les interventions de nos élus, sur leurs blogs :

Olivier Lebrun a interrogé le Préfet sur la réforme des rythmes scolaires
Karl Olive a interpellé le Préfet sur l’emploi
Olivier de La Faire sur la sécurité

 

Interview / Yves Vandewalle

Mercredi 11 septembre, Yves Vandewalle, Vice-président du Conseil général des Yvelines, était l’invité de la Chronique Politique d’Yvelines Première, où il s’est exprimé sur le projet de loi Duflot, actuellement en discussion à l’Assemblée nationale.